votre avis sur Unity | La référence francophone du jeu Assassin's Creed | La référence francophone du jeu Assassin's Creed
FERMER
{{media.titre}}
Par {{auteur.nom}}

{{media.description}}

{{media.titre}}
Par {{auteur.nom}}

{{media.description}}

Partenaire
Ubisoft


votre avis sur Unity

Liste des sujets
par daruthin

daruthin - Assassin  


- Vendredi 21 Novembre 2014 à 18:09
bonjour. j'ouvre ce topic suite à la vidéo de psychodélick qu'il am mis dans son topic et je trouve dommage qu'il n'y ai pas un topic où on peut donner chacun son avis. donc je me permet de le faire et de poster le mien en spoil.

Spoil ! Cliquez pour afficherHistoire 12/20

Tout d'abord, nous sommes à paris en pleine révolution française. Ensuite, Ubisoft est passé maitre dans l'art de faire des trailers dignes des génériques de dessins animés, c’est-à-dire pleins de fausses promesses. Dans le trailer de l'E3 on voit les assassins prendre d'assaut la bastille en plein 14 juillet 1789, ben pas vraiment dans Unity. Je vous spolie un peu, mais la prise de la Bastille n'est que le début et on n'y participe pas vraiment. On suit les aventures du héros, mais franchement on a du mal à trouver de la sympathie. Il manque à cet AC, un je ne sais quoi. Même s'il y a une histoire de vengeance, on n'y accroche pas du tout en fait. On prendra plus de plaisir à suivre les évènements qui font la révolution. Cependant, elle ne reste pas dénuée de charme.

Elle est bourrée de défauts et on se pose des questions comme pourquoi venger la mort du templier qui l'a hébergé et pas la mort de son père? Pourquoi l'autre voulait se retrouver dans la bastille et à quoi servent les symboles? J'en passe tellement il y en a qui au final n'ont pas de réponse.

La métahistoire du présent, Osef je pense qu'on peut faire une croix dessus depuis le 3.


Gameplay 15/20 (et il y a beaucoup à dire)

Si comme moi vous êtes un joueur de la première heure, il vous est sûrement arrivé d'appuyer sur la gâchette et X sur PS ou A sur Xbox alors que ce n'était pas nécessaire avec les deux derniers. Sachez qu'on revient enfin à un système à deux boutons avec options de freerun vers le bas. Rien que pour ça, je dis Alléluia. Finit de pester contre les montants de porte, maintenant on peste sur les fenêtres. Et oui, les problèmes qu'Ubisoft enlève quelque part sont remis ailleurs. Jamais vous ne pesterez autant sur des fenêtres, et les déplacements manquent cruellement de précision. Une fois il m'a fallu 10 minutes pour monter sur une corniche de point de vue en tournant autour. Vous vous ferez allumez 20 fois avant de réussir à entrer dans une fenêtre en urgence. Bref, assassin's creed est réputé pour ses problèmes de mouvement, ça changera pas. Un conseil, préparer des manettes de rechange.

Pourquoi une note aussi haute? Ben simplement parce que le gameplay ce n'est pas que les déplacements. Le système de compétence est bien trouvé, les équipements rajoutent une touche RPG plutôt bienvenue. Les armes d'épaules sont la seule vraie nouveauté dans les armes et encore, on les a dans cry of freedom. Depuis le temps on en a fait le tour à vrai dire, il ne faut pas s'attendre à du renouveau de ce côté là. D'ailleurs, notre assassin revient à un système à une lame, chose qui n'est connue que dans le 1 et une partie du 2. Mais le fait est que c'est plaisant à jouer. On retrouve nos acquis avec de légers changements, c'est fort appréciable.

La vraie nouveauté se situe dans la coopération. Si comme moi, le multi vous sort par les yeux, ben là rien n'est plus jouissif que de jouer avec d'autres dans un but commun pour avancer. Les missions sont bien pensées et de vrais moments d'histoire. Les premières missions sont simples, mais on monte vite en niveau et la coordination devient alors vitale pour en venir à bout. J'ai même acheté un bon casque micro pour l'occasion, c'est franchement poilant et on passe de bons moments avec ces amis virtuels. dommages que tous soit gâché par tous ces bugs.


Ambiance 17/20

J'aime me balader dans Paris. La bande son fait son travaille, on retrouve nos classiques. Les meurtres à résoudre sont prenants, les énigmes vous boufferont le cerveau, bref je n'ai pas beaucoup à dire, ça fait son taf.

On retrouve seulement une petite partie de ce qui faisait la saveur du 2. On rénove deux trois bâtiments, on récolte automatiquement nos sous sous avec le café théâtre, mais c'est tout.

Là où je rajoute un peu de points, c'est dans les animations. Les assassinats par corniches sont pas les mêmes, les doubles assassinats non plus (vu qu'on a qu'une lame secrète), bref on prend un plaisir coupable à admirer la technique de l'assassin.


Graphismes 12/20

Je n'ai jamais vu un Hub aussi à chier. Vous avez des affichages qui se chevauchent, c'est juste horrible. Pour le coup ils ont vraiment mal géré. Besoin de lire une énigme, bim on vous rappel que vous avez des points crédo à dépenser pour vous améliorer. Il faut passer par la config pour enlever ça alors que de base ça ne devrait pas gêner.

On ne sent pas vraiment le passage à la nouvelle génération, sauf peut-être quand il y a de la foule. Mais suffit d'arriver dans les cinématiques pour avoir des vues dégueulasses, des textures pixélisées à mort, bref ce n'est vraiment pas digne d'un Assassin's creed.

Cependant la ville est bien représentée et les bâtiments sont d'une beauté folle. Les jeux de lumière sont présents ce qui participe grandement à l'ambiance du jeu.


Pour finir

Si je devais donner une note globale, je donnerai un 14/20. Ça peut vous paraitre bizarre, mais ce qui m'attire moi dans un jeu ce n'est pas les graphismes, mais le gameplay, l'ambiance et surtout l'histoire. Est-ce un retour aux sources? Oui et non. On est face à un brotherhood light dans le principe (une grande ville, 2~3 bâtiments à rénover), à un AC2 dans le reste, mais la saveur en moins. Ce retour aux sources revient au final à tourner en rond. On peste devant le jeu, mais au final on en veut toujours plus. En bref, Ubisoft tente de se renouveler mais ça ne fonctionne pas à chaque fois. En tout cas je leur fait confiance car le black flag, malgré ses défauts m'avait scotché. bref, un jeu dans la veine d'un révélation (celui que j'aime le moins), mais quand même un peu au dessus.
par daruthin

daruthin - Assassin  


- Vendredi 16 Janvier 2015 à 11:14
Spoil ! Cliquez pour affichersi, des types super affamés qui vont courser le poulet en question.
car oui un poulet qui traverse la somalie a intérêt d'être l'animal le plus rapide du monde.
par Djibz

Djibz - Membre  


- Vendredi 16 Janvier 2015 à 12:04
Spoil ! Cliquez pour afficherl'assassin est donc un poulet ! On tient un scenario de ouf malade, je l'envoi immédiatement à UBI
par Warlock

Warlock - Assassin  


- Vendredi 23 Janvier 2015 à 15:04
En ce qui me concerne....

Assassin’s Creed Unity pose de nouvelles bases pour la saga, son nouvel arc narratif, une refonte du gameplay basé sur l’acquisition d’expérience pour débloquer des compétences selon le souhait du joueur afin de créer son propre Arno. 10 joueurs différents auront forcément 10 Arno différents et 10 approches de missions différentes, en ça Unity accomplit un vrai tour de force au sein de la franchise d’Ubisoft. Maintes fois décrié à cause de ses bugs de lancement, le nouveau soft de la firme franco-canadienne n’en reste pas moins un excellent jeu d’aventure et d’action en plus d’être un épisode majeur de la licence Assassin’s Creed. On est en droit de pointer du doigt un lancement raté mais une fois l’aventure lancée on constate que la seule chose mauvaise notable, au final, reste la mauvaise foi d’une minorité bruyante et difficile à contenter au sein d’une communauté riche en quête d’évasion et de voyages oniriques.

Plus évolution que révolution, Assassin’s Creed Unity s’apparente aux musiques de ses bande-annonces cinématographiques : pop, sombre, baroque, tragique et romantique, comme la musique de Coldplay sur son grand Viva La Vida or Death and all his Friends dont il partage les grands thèmes et sentiments. Un rendez-vous annuel au cœur de Paris à ne louper sous aucun prétexte malgré son lancement plus que chaotique, on peut aujourd’hui dire que cet épisode se hisse aisément dans le haut du panier pour rejoindre ses confrères Assassin’s Creed II et Assassin’s Creed IV – Black Flag grâce à une expérience de jeu unique et plus exigeante, un couple de héros attachant, des séquences mémorables, une histoire forte et tragique ainsi qu’une traversée de Paris absolument somptueuse. On regrettera simplement que les nouvelles bases de jeu n’aient pas été plus poussées, que le personnage d’Elise ne soit pas autant en avant qu’on le voudrait ou que la méta-histoire contemporaine s’efface de plus en plus.
par daruthin

daruthin - Assassin  


- Vendredi 23 Janvier 2015 à 15:24
une refonte du gameplay basé sur l’acquisition d’expérience pour débloquer des compétences selon le souhait du joueur afin de créer son propre Arno.
vu qu'à la fin on se retrouve tous avec les mêmes compétences, le nombre de points sync juste suffisant pour acheter toutes les compétences, le coté unique d'arno bof bof.

le coup du 10 chemins différents pour aborder une mission aussi c'est limite car dans presque tous les assassin's creed on peux aborder les mission dans l'angle que l'on souhaite, du moins c'était très présent dans le 4.


le tour de force est de placer une histoire d'amour au milieu. mais après ce n'est pas forcément une bonne chose tant l'histoire est plate et bourrée de défauts.
par Khamor

Khamor - Templier  


- Vendredi 23 Janvier 2015 à 15:46
Oula Warlock, tu bosses pour Ubi ? Mdr.
Je ne vais pas te repondre car ma reponse est à la page 1 de ce sujet. (Ma critique perso)
Je veux juste signaler au passage que dire que ceux qui n'aiment pas ou on un avis plus contrasté que le tien sur ce jeu sont de mauvaise foi, c'est insultant, stupide en plus de montrer tes limites quant à ton niveau de tolérance de la diversité d'opinion !
Et cela témoigne en plus de ton egocentrisme.
Bref pas terrible tu en conviendras...

Je rajouterais pour finir que dans la quarantaine de personnes que je connais et qui m'ont donné leur avis sur ce jeu après y avoir joué de longs jours, l'immense majorité (genre 37 personnes sur 40, et si !)
ont un avis plus contrasté sur Unity que toi. Certains comme Aaro partageant meme mon analyse. Alors ta minorité, tu peux l'oublier je crois.
Je précise que ces avis ne prennent pas en compte les bugs au lancement. On statut sur le fond évidemment.

Bref, ton avis ne fait pas la loi, alors respecte l'avis des autres sans chercher à imposer le tien, alors même que tu n'as pas présenter une analyse du jeu mais juste émis un avis sans arguments. Ce que je trouve dommage.
Sois critique et non pas fanatique !
par Warlock

Warlock - Assassin  


- Vendredi 23 Janvier 2015 à 15:47
Sans non plus atteindre le degré d’exigence et de « pute-ittude » d’un Dark Souls (avec les combats extrêmements punitifs) ou de liberté totale d’un Dishonored, ce Unity opère son retour aux sources pour laisser au joueur le choix de son approche comme il était de coutume dans les deux premiers épisodes de la licence. Et ça, c'est un point très positif.

Je ne suis pas fanatique, je sais juste faire preuve de discernement dans ma critique. C'est tout. heureux
par daruthin

daruthin - Assassin  


- Vendredi 23 Janvier 2015 à 15:53
moi aussi je te rassure, je sais faire la part des choses (pas tout le temps, mais dans l'ensemble ...), mais faut avouer que tu craches un peu sur l'avis des autres.

ce retour aux sources n'est pas fait depuis unity mais il est entamé depuis black flag. la seule nouveauté ce sont peut-être les éléments de diversion ou d'aide dans certains cas, mais en dehors de ça on reste dans le classique.
par lepianiste

lepianiste - Assassin  


- Dimanche 25 Janvier 2015 à 21:46
Bonsoir à tous !


Je voulais également donner mon avis sur Unity avec, tout d'abord, une mise en perspective avec les épisodes précédents.

Comme je l'avais précisé lors de ma présentation sur le topic dédié, ma première déception sur la série Assassin's Creed remonte à l'opus III.
Je vais être très honnête, je n'ai pas terminé cet épisode, la motivation me manquant terriblement.
Il faut dire que l'introduction et son "personnage surprise" avaient déjà, pour moi, complètement plombé l'ambiance : chaque fois qu'une montée en puissance dans le scénario se faisait ressentir, tout s'étiolait au profit du convenu et du prévisible.
Et c'était bien là le principal problème : imposer une très longue introduction sur rail dans une série à tradition "ouverte" ne pouvait décemment se faire sans bouger quelques curseurs.
Ainsi, baisser celui de la liberté de déplacement (essentiel dans la mise en valeur d'un gameplay basé sur le parkour) sans rehausser le sel de l'intrigue pour faire diversion auprès du joueur était, selon moi, une grave erreur.

Aussi, je trépignais d'impatience à l'idée de pouvoir - enfin ! - incarner Connor.
Encore une fois, ce fut la déception : le personnage, trop naïf, dénotait avec ses prédécesseurs et je ne pouvais m'empêcher de penser qu'il y aurait probablement eu moyen de mieux le mettre en valeur.
En effet, candeur ne rime pas forcément avec fadeur : même si un tel raccourci est très souvent à la mode de nos jours, cela reste bien trop éculé et facile.

Dans les points positifs, je notais un agréable début de refonte dans le système de combat : le contre passait de deux boutons à un (la série des excellents Batman Arkham était passée par là) et les animations, plus brutales, faisaient plaisir à voir.
Malgré tout, il était trop simple de se débarrasser d'un bataillon entier de soldats sans trop souffrir et rien n'incitait à l'infiltration pure et totale.
De plus, ce qui était excusable à l'époque du très bon Assassin's Creed II le devenait moins trois années plus tard.
Et le constat de revenir : pourquoi se compliquer la vie en jouant la discrétion à 100% et ce, même si la série avait, de base, une réputation de jeu "bac à sable" ?
D'ailleurs, en parlant de jeu "bac à sable", je ne pouvais m'empêcher de penser, en comparaison à un jeu tel que Metal Gear Solid 4.
Le dernier épisode de la saga Solid Snake était certes court mais, quand même, la rejouabilité se justifiait : les modes de difficulté bas donnaient clairement la possibilité de bourriner en utilisant les dizaines d’armes disponibles dans l’arsenal (eh oui, le fils de Big Boss se déplace toujours avec un caterpillar dorsal rempli de famas, M16 et autres jolis joujous de guerre =p).
Les modes de difficulté intermédiaires permettaient une expérience normale, laissant le choix entre infiltration pacifique ou mortelle (la différence entre les deux options est souvent très grande dans ses répercussions de gameplay).
Enfin, le mode The Boss permettait de renouer avec un hardcore gaming très punitif mais au combien jouissif en cas de réussite.
Je suis bien conscient que les formats, les univers, ou les types de gameplay entre MGS et AC sont très différents, voire opposés mais pour moi, ce qui avait été réussi dans les conditions d’une guerre moderne en semi couloir pouvait aussi être parfaitement maîtrisé, certes avec d’autres outils, dans un contexte historico-fictionnel en monde ouvert.

Bref, vous l’avez compris, la déception fut pour moi très grande : d’ailleurs, à la même époque et dans un autre genre, même un jeu moyen tel que Resident Evil 6 avait quand même réussi à me tenir « en haleine » jusqu’au générique de fin grâce à quelques rares mais très bons moment (je pense notamment à la toute fin de campagne de Chris Redfield).
Ubisoft avait donc, à mon sens, failli et quand Black Flag fut annoncé, je voulus quand même y croire de nouveau : après tout, la piraterie est un thème peut-être convenu mais cela pouvait être simple et efficace comme un retour aux sources.
Alors, back to the basics ? A mon sens oui et non.


Tout d’abord, quel bonheur d’incarner Edward Kenway dès le tout début de l’aventure.
L’introduction était courte - un véritable timbre-poste- mais quel bonheur après AC III !
Le personnage principal avait aussi plus de gouaille, les phases en bâteau (un des bons points d’Assassin’s Creed III) prenaient le pouvoir et l’infiltration avec le simple mais agréable ajout des bosquets de verdure (Zelda aux Caraïbes =p, ok j’exagère !) se faisait plus harmonieuse.
Malgré tout, les phases en bateaux, bien qu’attractives me lassèrent un peu sur la longueur.
Les joutes navales et l’abordage restaient des manœuvres relativement lentes, ce qui était bien normal au vu de la taille du navire d’Edward, et je compris alors ce qui me manquait : une aventure 100% terrestre, pas nécessairement un remake d’AC II, mais un retour complet et définitif aux origines ludiques de la série : un assassin, une ville raisonnablement peuplée, une verticalité et une horizontalité constante.
Plus de Frontière, plus de bâteau, seulement l’essence, la base du gameplay Assassin’s Creed.


En ce sens, Unity arriva avec le bon timing.
Le jeu est plus beau (sans être une claque définitive je le conçois), Arno est dans la norme des héros de la série, le parkour revient au système montée /descente, on peut s’accroupir sans avoir besoin d’une plante verte (enfin !), le léger côté RPG fait du bien et la division des armes en trois catégorie nous rend enfin propriétaire des armes lourdes et d’hast, et non plus locataire comme auparavant (il fallait obligatoirement les ramasser sur les corps de brutes inanimés, une simple amorce d’escalade nous les faisait ensuite automatiquement lâcher).

Pour autant, la non reconduction du poignard d’Assassin’s Creed II est quelque peu dommage, ne plus pouvoir traîner les corps relève de la vaste blague et les bugs ne font pas toujours plaisir à voir même si je dois avouer qu’ils ne m’ont jamais empêché de jouer jusque-là.
L’histoire n’est effectivement pas non plus au top, comme j’ai déjà pu le lire dans les posts précédents mais les quêtes secondaires sont pour moi les plus ludiques jamais conçues dans la série.

L’un compense l’autre et c’est pour cela en un sens que j’apprécie beaucoup Unity : le plaisir de parcourir une vaste ville et d’assassiner ses cibles est enfin de retour dans sa plus simple expression, en solo comme en multi et, surtout, sur la longueur avec des ennemis plus coriaces et des situations très variés (avec un gros up pour les phases d'enquête)
Ce retour aux sources était donc, à mon sens, souhaitable depuis longtemps même si le tout n’est pas sans failles ni bugs mais après tout, personne n’est parfait.
D’ailleurs, Unity est au fond un peu comme le personnage d’Elise, charmant mais avec des défauts qui s’ils ne lui sont pas d’une immédiate rédhibitoirité comme ce fut le cas pour la noble rousse, pourraient lui nuire dans le futur si quelques points noirs récurrents (IA, parkour perfectible, système de combat encore améliorable…) ne sont pas définivement réglés dans un certain AC Victory.

Espérons qu’il y parvienne car la concurrence en 2015 s’annonce rude et un certain The Phantom Pain s’annonce à l’horizon.
Une belle compétition pour deux belles séries très complémentaires.

par Khamor

Khamor - Templier  


- Dimanche 25 Janvier 2015 à 21:57
Globalement d'accord avec toi. Même si j'aurai été plus sévère quant à BF.
Et également au sujet des quêtes annexes, où il y a un gros "mieux", mais auxquelles je préférerais celles, excellentes à mon avis, de Brotherhood.
Un autre fan de la série Arkham... wink
par MrHell

MrHell - Assassin  


- Dimanche 25 Janvier 2015 à 22:23
Et moi qui voulais poster un avis, mais si c'est pour dire globalement la même chose je n'en vois pas l'utilité. Quant à moi j'aurais été plus sévère pour Resident evil 6, oui ! "moyen". Resident evil 6 est encore plus pitoyable que le 5 et c'est quand même fort d'en arriver là. Mais c'est mon côté fan qui parle. J'ai connu les anciens Resident Evil et ce n'est franchement pas comparable.

Bref, moi j'ai trouvé Unity très bon au niveau du gamplay et des quêtes annexes que je trouvais assez diversifiée, mais beaucoup moins bien au niveau du scénario. Scénario bâclé et je trouve qu'il y a que "l'amour impossible" entre Arno et Elise qui est fort sympathique. Le système de course libre qui est bien plus agréable, bien plus fluide si l'on oublie les chutes de FPS dont je n'ai presque plus depuis les patchs mais quand même. Faut dire que si c'était du soixante FPS on remarquerait moins les chutes mais avec du 30, c'est assez désagréable par moments. Arno est plutôt un personnage sympathique et me fait un peu penser à Ezio mais sans atteindre sa hauteur non plus.

En gros, j'ai beaucoup apprécié Unity pour son gameplay et son multi coopération fort sympathique qui rajoute un peu plus de fun entre ami(e)s. En parlant de multi, je trouve ça plus dans l'esprit des AC de mettre de la coopération que du PVP ! Je ne dis pas que le PVP, dans les anciens, était nul, bien au contraire, il était vraiment sympathique et se démarquait de ce qu'on voyait tout le temps. J'aurais aussi bien apprécié que la Révolution Française soit plus mise en avant au lieu d'être qu'un arrière-plan, mais bon. J'aurais aussi aimé avoir des phases de gamplay dans le présent pour que ça bouge un peu, car je trouve que ça stagne un petit peu. Je suppose qu'Ubisoft n'avait pas d'idée ou que déjà ils n'arrivaient pas à terminer le jeu sans bug que des phases dans le présent auraient été de trop. hihihi. lol
par daruthin

daruthin - Assassin  


- Lundi 26 Janvier 2015 à 06:09
en gros vous revenez à un point qui me chiffonne vraiment avec unity et qui a mon sens gâche tout ou presque, les annexes sont plus intéressantes que l'histoire principale.

quelque chose que je reproche beaucoup aux anciens AC, c'est le nombre de missions annexes, la durée de vie des annexes par rapport à la durée de vie de l'histoire principale qui est juste aberrante et qui continue de l'être plus à chaque fois car à mon sens les annexes ne doivent pas dépasser l'histoire principale. mais le pire avec unity c'est que ces annexes sont maintenant plus intéressantes que l'histoire elle même. on ne joue plus pour le jeu, on joue pour les annexes.

c'est comme si JK rowling rendait l'histoire des tableaux de poudlard plus intéressante que la saga d'harry potter.
par MrHell

MrHell - Assassin  


- Lundi 26 Janvier 2015 à 20:09
Je suis entièrement d'accord. Mais vu que l'histoire manque sérieusement de profondeur, il n'est point difficile de faire mieux. Je suis sûr qu'Ubisoft n'a pas fait exprès de rendre les quêtes annexes plus intéressantes que l'histoire en elle-même. Mais dans l'histoire, y a tout de même de bonnes idées, mais on voit que ça été bâclée. Trop de temps passé a optimisé au maximum "Notre-Dame de Paris" lol
par Coursic

Coursic - Assassin  


- Lundi 26 Janvier 2015 à 20:24
par daruthin
en gros vous revenez à un point qui me chiffonne vraiment avec unity et qui a mon sens gâche tout ou presque, les annexes sont plus intéressantes que l'histoire principale.

quelque chose que je reproche beaucoup aux anciens AC, c'est le nombre de missions annexes, la durée de vie des annexes par rapport à la durée de vie de l'histoire principale qui est juste aberrante et qui continue de l'être plus à chaque fois car à mon sens les annexes ne doivent pas dépasser l'histoire principale. mais le pire avec unity c'est que ces annexes sont maintenant plus intéressantes que l'histoire elle même. on ne joue plus pour le jeu, on joue pour les annexes.

c'est comme si JK rowling rendait l'histoire des tableaux de poudlard plus intéressante que la saga d'harry potter.


D'ailleurs pour ma part j'ai trouvé l'histoire d'Elise retranscris dans le bouquin plus intéressante. Alors bien évidement le bouquin ne peux de toute manière qu'etre plus complet qu'un film ou scénario principal de jeux vidéo, mais tout de meme.... est ce que le choix d'Arno en personnage principal est le bon, j'en suis pas certain loin de la siffle

Répondre au sujet

Vous devez être connecté pour poster une réponse.

Se connecter


Selectionnez votre camp
Assassin

Pour vous, l'humanité rime avec liberté, et vous vous battez sans relâche pour défendre son libre arbitre.

Templier

Vous aimez l'ordre. Vous pensez que l'humanité doit être guidée, et que vous êtes une personnalité forte qui peut conduire à cet objectif.